Edito – Paris ne doit plus être magique

Ce mercredi 8 mars, le Paris Saint-Germain se déplace sur le terrain du FC Barcelone pour assurer une qualification déjà pratiquement empochée au match aller. Pratiquement, car malgré un match complètement fou, certains doutent encore que le PSG sortira vainqueur de cette double confrontation. Pourquoi ? Parce qu’en face, le grand Barça n’a, visiblement, pas l’intention de se laisser faire. Il faudra donc, pour Paris, prouver que le match aller était tout sauf un hasard. Que tout cela n’était pas arrivé … comme par magie ? 

Paris est magique. Trois mots qui sonnent juste, comme un refrain que l’on connaît par cœur sans l’avoir jamais appris. Et si le magique se transforme parfois en tragique chez les amateurs de 5-1, que ce soit en bouteille ou en fessée, l’effet reste le même pour ce qui est devenu l’un des slogans les plus catchy du football français.

Mais, quand on y réfléchit, qu’est-ce que la magie finalement ? On en distingue deux sortes (attention, on rentre dans la minute dictionnaire). D’un côté, la prestidigitation. L’art de la tromperie. Pratiqué aussi bien par des roublards que par une poignée d’artistes entraînés qui donnent l’illusion du surnaturel. Mais rien de tout cela n’est vrai : la magie n’est qu’une performance artistique, elle triche avec le réel, et lorsque les fils qui portent le magicien en lévitation ne sont pas voyants, il ne faut parfois pas beaucoup de jugeote pour résoudre le mystère et mettre un taquet au mythe. De l’autre côté, la magie touche au surnaturel, aux pratiques et rituels mystiques qui dépassent l’entendement humain. On ne peut pas l’expliquer. Beaucoup n’y croient pas, d’ailleurs. Le magique relève de capacités hors du commun, tellement hors du commun que celui des mortels ne peut guère y toucher. Le magique est une fantaisie, un mirage bon à faire rêver les fans d’un ado a cicatrice. Vous l’aurez compris : globalement, la magie est une vaste fumisterie.

Et c’est pour ça que pour Paris, même s’il a transporté avec lui toute sa jeune vie ce qualificatif, il est désormais grand temps de se séparer de son côté magique. S’il veut briller ce soir au Camp Nou et s’affirmer un nouveau statut sur la scène européenne, celui d’un club qui joue chaque saison le dernier carré de la Champions League, Paris va devoir faire de la magie une réalité. Sa réalité. Car toute la magie du monde n’avait pas suffi lorsqu’il avait fallu, par exemple, retourner un Manchester City bien à sa portée la saison dernière. Alors bien sûr, il y avait une part de magie dans la performance époustouflante des Parisiens au Parc le 14 février, performance qui restera à jamais gravée dans les mémoires parisiennes. Il y avait ce soupçon de surnaturel, qui paraissait comme un coup de pouce de forces supérieures, dans les pieds d’Adrien, de Marco, d’Ángel ou de Thomas. Il y avait ce rien d’inexplicable dans la déroute du grand FC Barcelone et dans le mutisme de sa M-S-N. Mais Paris ne doit pas sa victoire qu’à la magie, et ne pourra pas compter que sur elle pour boucler la boucle ce soir.

L’angoisse sera présente, forcément. Impossible à effacer. Car malgré le triomphe du match aller, ce n’est pas le Bayer Leverkusen ou Anderlecht, adversaires contre qui le PSG avait signé ses plus écrasants succès ces dernières saisons en Champions League, qui se dressera sur la route des parisiens ce soir, mais bien le Barça. Le grand Barça. Celui, apparu revigoré depuis l’humiliation du Parc, que tout le monde dit capable de l’impossible, de renverser un 4-0 pour tenir son rang et se qualifier en quarts. D’être magique, en somme. Dans un tel climat, en terrain hostile, et alors que même les médias français semblent séduis par l’hypothèse d’une remontada martelée ces derniers jours par leurs confrères catalans, dur d’aborder le match de ce soir avec sérénité.

Pour faire taire une bonne fois pour toute les très bruyants partisans de l’exploit Barcelonais et espérer, pour la première fois, toucher d’un doigt son rêve de demi-finale – et plus si affinités d’ailleurs – il faudra que Paris soit plus que magique. Que la baguette magique se transforme en baguette de chef d’orchestre. Que le mauvais sort jeté au Barça devienne une mauvaise habitude pour les ennemis du PSG. Que les forces surnaturelles invoquées au match aller se transforme en une force, une rage inarrêtable, nichée dans le coeur et dans les pieds de chaque joueur. Paris doit à tout prix rationaliser la magie. Paris ne doit plus être magique.

En tout cas, plus seulement.

Tags:, , , , , , ,

Catégories : FC Barcelone, Ligue des Champions, Paris Saint-Germain

Auteur :Alexandre Aflalo

Papa du petit Misteur Mercato. Saltimbanque semi-pro à Sciences Po Lille, je vis de Papus Camara et d'eau fraîche. Amoureux de Lucas parce qu'en verlan son nom ça fait "Amour"

Newsletter

Cliquez sur l'un des logos ci-dessous pour être tenu au courant des dernières actualités du site

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :