Mais d’où viennent tous les surnoms des équipes de la CAN ?

Alors que la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) vient de se terminer, les amateurs de football été confrontés pendant un mois au football africain, sa culture, ses vuvuzelas … et ses surnoms. Presque toutes les équipes en ont un, et comme ils sont tous aussi sympathiques qu’originaux, ça nous a donné envie d’aller explorer l’histoire qui se cache derrière tout ça. Et de vous la raconter, naturellement. 

L’usage de surnoms pour les équipes de sport est répandu dans beaucoup de pays, et beaucoup de sports. Ça se pratique notamment pas mal dans le sport américain, où le surnom fait carrément partie du nom et de l’identité de l’équipe, mais aussi dans le football anglais ou italien… En fait, on fait ça à peu près partout, sauf en Ligue 1. D’un autre côté, quand on a essayé, ça a donné des trucs comme « Les Merlus », donc bon… Mais loin des paillettes du sport américain ou du prestige du football européen, l’Afrique pratique aussi le surnom, affirmant le plus souvent leur culture nationale à travers leur équipe de football.

groupe-a

Les Étalons du Burkina Faso : le surnom de l’équipe burkinabée vient d’un mythe fondateur du pays, qui est profondément marqué l’histoire du Burkina Faso puisqu’il apparait également sur les armoiries du pays et sur l’emblème de l’Assemblée nationale : celui de la princesse Yennenga. Une princesse qui avait décidé de fuir sa royale destinée et avait donc quitté sa famille sur le dos de son canasson favori, un étalon blanc devenu, entre autres, le symbole de l’équipe burkinabée.

Les Lions Indomptables du Cameroun : les vainqueurs de la compétition ont l’un des surnoms les plus réputés du monde du football, mais son origine est un peu plus floue. Pour beaucoup, le choix du lion viendrait d’un conte, celui d’un chef Banen (peuple originaire du Cameroun) qui se serait farouchement opposé à la colonisation allemande au début du XXème siècle. Réputé comme ayant des pouvoirs magiques, il est capturé par les Allemands et parvint à s’enfuir en prenant la forme d’un gigantesque lion. C’est cette histoire, contée à l’ancien président de la République camerounaise Ahmadou Ahidjo, qui serait à l’origine de ce surnom des « Lions Indomptables » de la sélection camerounaise, surnom adopté officiellement par décret présidentiel le 31 octobre 1972.

Les Panthères du Gabon : à l’origine, la sélection gabonaise était surnommée « Azingo », en référence à un lac du Moyen-Ogooué. Ce surnom avait également une signification très négative en langage Myènè (peuple gabonais), et visait, en partie, à effrayer les adversaires du Gabon. Controversé, ce surnom a été remplacé par celui de « Panthère », animal répandu et craint des forêts gabonaises. Toujours la peur, donc.

Les Lycaons de Guinée-Bissau : Aucune origine véritable derrière ce surnom assez surprenant, mais au moins ça vous fera découvrir un animal : le Lycaon, ou Djurtus en VO, est un espèce d’hybride chien-loup-hyène vivant en Afrique subsaharienne. Voilà pour votre culture générale.

groupe-b

Les Lions de la Téranga du Sénégal : l’appellation complète est surtout utilisée par la presse internationale pour différencier les « Lions » sénégalais des « Lions » camerounais ou des « Lions » marocains.  Au Sénégal, on se contente d’appeler l’équipe nationale les « Lions ». « Téranga », qui signifie « hospitalité » en Wolof, est avant tout utilisé pour désigner le pays en lui même. Quant au lion, à priori l’animal a simplement été choisi pour le symbole de force et de majesté, et figure également sur les armoiries du pays.

Les Aigles de Carthage de Tunisie : la signification est ici toute simple, puisque ce surnom en appelle à l’histoire antique et la puissante civilisation carthaginoise, dans la Tunisie actuelle, dont l’un des symboles était l’aigle. En toute simplicité, finalement.

Les Fennecs d’Algérie : beaucoup d’équipes africaines ont choisi comme surnom de leur équipe nationale un animal emblématique du pays. Malheureusement pour les Algériens mais heureusement pour la diversité, on ne trouve pas des masses de jaguars, lions, tigres, léopards ou éléphants au dessus du Sahara. Par contre, le fennec pullule en Algérie, où il est devenu un symbole du pays dans sa globalité. Selon certaines croyances, il serait même un totem puissant contre les nuisibles. Sa dimension est telle que le fennec est protégé par la loi algérienne. N’allez donc pas en Algérie si vous voulez manger du fennec, vous risqueriez d’en prendre une.

Les Warriors du Zimbabwe : « – Oh les gars, faudrait peut-être qu’on trouve un surnom pour l’équipe nationale, non
Bah ouais pourquoi pas, t’as quelque chose à proposer ? 
– On va pas prendre un nom d’animal comme tout le monde… les Warriors ? Ça fait classe, t’as le côté guerrier et puis l’anglais pour la dimension internationale.
– Vendu ! »
Voilà, grosso modo ça s’est passé comme ça.

groupe-c

Les Léopards de la République Démocratique du Congo : ici encore, pas de mythe fondateur particulier mais un attachement aux symboles du pays, en l’occurrence le léopard, symbole symbole de pouvoir et de force, qui figure sur les armoiries de la République Démocratique du Congo. Un surnom qui s’applique visiblement à tout, puisque le dictateur Mobutu était également flanqué du sobriquet « Léopard du Zaïre » ou « Léopard de Kinshasa ».

Les Lions de l’Atlas du Maroc : là encore, c’est un animal emblématique du pays qui a été choisi pour surnommer l’équipe nationale. Mais contrairement à certains pays qui ont choisi l’animal pour ce qu’il symbolise, le surnom des marocains est plutôt un hommage. Jusque dans les années 1940, on pouvait en effet trouver une sous-espèce de lions dans le Haut-Atlas, au Maroc donc. Aujourd’hui éteinte, cette espèce robuste a donc donné son nom à l’équipe nationale du Maroc.

Les Éléphants de Côte d’Ivoire : pas besoin de chercher bien loin l’origine – ou du moins l’inspiration – de ce surnom : dans Côte d’Ivoire, il y a Ivoire, comme l’ivoire qui constitue les défenses des éléphants. Malin.

Les Éperviers du Togo : la raison d’un tel choix étant absolument inconnue, ne relevant donc pas d’une quelconque mythologie ou tradition, on aime à imaginer que la fédération a confié la tâche à son stagiaire de troisième et qu’il a trouvé ça en panique la veille au soir.

groupe-d

Les Pharaons d’Égypte : les Pharaons ayant représenté la figure royale pendant plus de 3000 ans en l’Égypte, quel meilleur symbole pour désigner l’équipe de football du pays ? Alors évidemment, ils auraient pu également choisir « les Sphinx », comme la figure de la mythologie égyptienne. Ou encore « les Pyramides », même si choisir un surnom architectural n’est pas le plus logique. Ou alors « les Chats », animal sacré dans l’Égypte antique… Nan, « les Pharaons » c’est bien.

Les Black Stars du Ghana : alors on pourrait croire comme ça que les Ghanéens se sont inspirés de Star Wars, mais non. Non, ils ont tout simplement repris leur emblème national : en plein coeur de leur drapeau, superposé sur les trois bandes rouge, jaune et verte, on trouve une étoile noire. Chaque joueur est donc une étoile noire du Ghana. Et ça, ça c’est beau.

Les Aigles du Mali : attention, celle-là est magnifique. Au début des années 1970, le sélectionneur du Mali Karl-Heinz Weigang, allemand donc, avait fait venir pour son équipe des maillots d’Allemagne. Des maillots avec, sur le dos, un motif d’aigle … symbole de la sélection allemande. Ni une ni deux, le surnom est resté, et ça fait donc plus de quarante ans que les Maliens se traînent un surnom d’Allemands sans que ça ait l’air de particulièrement les gêner.

Les Grues d’Ouganda : au début du XXe siècle, alors que l’Ouganda est sous domination anglaise, la grue royale, oiseau que l’on trouve dans la région des grands lacs africaine, est choisie pour devenir le symbole du pays. On la colle donc sur les armoiries, sur le drapeau et donc, une chose en entraînant une autre, on la choisit comme surnom pour l’équipe nationale.

Tags:, , , , , ,

Catégories : Coupe d'Afrique des Nations

Auteur :Alexandre Aflalo

Papa du petit Misteur Mercato. Saltimbanque semi-pro à Sciences Po Lille, je vis de Papus Camara et d'eau fraîche. Amoureux de Lucas parce qu'en verlan son nom ça fait "Amour"

Newsletter

Cliquez sur l'un des logos ci-dessous pour être tenu au courant des dernières actualités du site

un commentaire le “Mais d’où viennent tous les surnoms des équipes de la CAN ?”

  1. 9 février 2017 à 00:36 #

    Article très édifiant. J’ignorais tout ceci. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :