Il était une fois dans l’Ouest

Alors que le podium de la Ligue 1 est toujours aussi serré, la course à l’Europa League fait toujours place derrière le peloton de tête. Des poursuivants assez surprenants, puisque les cinquième et sixième places sont tenues par … Rennes et Guingamp. De l’autre côté à l’inverse, Lorient et Nantes sont englués dans la zone rouge et n’en finissent plus d’inquiéter. Petit tour d’horizon des clubs de la Bretagne (élargie).

il-etait-une-fois-dans-ouest

Rennes et Guingamp, la force tranquille

Gourcuff junior l’avait annoncé à son arrivée : « Comme tous les bretons, je suis un taiseux ». Et c’est bien cette philosophie qui réussit actuellement aux deux clubs en rouge et noir. Sans faire de vagues, Rennes et Guingamp sont dangereusement proches des places européennes.

Pour expliquer ce début de saison canon, il faut d’abord aller regarder du côté des résultats à la maison. Parce qu’aujourd’hui plus que jamais, la Bretagne, ça vous gagne. Le Roazhon Park reste citadelle imprenable cette saison pour Rennes, 2e équipe à domicile du championnat à égalité de points avec Nice. L’En Avant, qui ne s’est incliné qu’une fois au Roudourou, face à Nice, le 30 novembre dernier (0-1), se trouve à la 6e place de ce classement tout en étant plus régulier à l’extérieur.

Les deux clubs ont également su mettre à profit les ressources de leur belle région pour réussir. Bien sûr à Rennes, c’est passé par le retour triomphal de la dynastie Gourcuff. Père comme fils ont su imposer leur marque dès leur retour à la maison : avec Yoann sur la feuille de match, Rennes affiche 55% de victoires pour simplement 3 défaites. Sans lui, le ratio de  passe à 33% de victoires et 50% de défaites. Quant à Gourcuff père, il arrive pour le moment à faire jouer au football une équipe en recherche de fond de jeu depuis trop longtemps. Sans compter que le retour en forme de Paul-Georges Ntep après sa blessure (buteur face à Saint-Étienne, une première depuis… 14 mois), ainsi que la probable arrivée en prêt cet hiver du madrilène Martin Ødegaard, aperçu dans les tribunes rennaises, pourrait alléger cette Gourcuff-dépendance pour la suite de la saison.

L’En Avant a aussi fait dans le produit local. Derrière, le Brestois Christophe Kerbrat mène la 4e défense de Ligue 1, tandis que l’équipe s’est renforcée grâce aux retours en Bretagne d’anciens rennais, comme l’enfant du pays Étienne Didot ou Jimmy Briand, nouveau capitaine du club. Le travail de fond abattu par Jocelyn Gourvennec en 6 ans à Guingamp semble être parfaitement bonifié par Antoine Kombouaré. Le kanak a su apporter ce vent de fraîcheur à ses joueurs, permettant au club de jouer autre chose que le maintien (même si cela reste tabou aux abords du stade Roudourou).

Les Canaris et les Merlus en eaux troubles

Alors que la tranquillité est de mise au Nord, le Sud de notre Bretagne étendue navigue plutôt de crises en crises. Les deux clubs n’ont connu que 3 victoires à ce jour et les têtes des deux entraîneurs sont déjà tombées. Ambiance.

Si Lorient va légèrement mieux dans le jeu ces derniers temps, elle reste la lanterne rouge de notre championnat et la défaite face à Toulouse a brisé une série de 3 matchs sans défaite. Bien que l’attaque ne soit pas catastrophique (18 buts marqués, 10e attaque de Ligue 1), la défense pose plus de problème avec 1.9 buts encaissés en moyenne par match. L’arrivée de l’entraîneur Bernard Casoni, supposément plus défensif que Sylvain Ripoll, n’a toujours pas réglé ce problème et Lorient possède actuellement la pire défense de notre championnat.

Pour le FC Nantes, assez peu de motifs d’espoir également. Et contrairement à Rennes, il ne fait pas bon aller voir les canaris à la Beaujoire cette saison : la pire attaque de Ligue 1 n’a fait trembler ses filets que 3 fois pour une seule victoire à la maison. Fatalement, même la Brigade Loire, pourtant l’un des groupes de supporters les plus investis, a décidé de priver leur club son ambiance historique. « Je suis actuellement en PLS » nous a confié Abel, supporter du FC Nantes. Un aveu lourd de sens… Il considère néanmoins le maintien toujours possible grâce à l’arrivée du jeune coach Sergio Conceiçao, dont le fort tempérament pourrait faire du bien à des Canaris à la dérive. La condition restant l’arrivée de renforts cet hiver.

Monsieur le président…

Le point commun de ces deux clubs de la zone rouge n’est pourtant pas nouveau : l’exaspération des supporters vis-à-vis de leur président. À Nantes, c’est la principale cause de la grève de la Brigade Loire, qui dénonce l’absence d’interlocuteur pour parler avec le club et Waldemar Kita, les décisions de ce dernier faisant rarement l’unanimité dans les tribunes. À Lorient, la manie de Loïc Ferry de vendre constamment les meilleurs éléments en fin de mercato sans les remplacer est une mauvaise habitude dont beaucoup de supporters se passeraient. Le président des Merlus Ultras déclarait d’ailleurs en novembre : « [Loïc Ferry] gère le club comme on joue à Football Manager ».

Cependant la saison est loin d’être finie et la situation de ces quatre clubs risque encore d’évoluer … pour le meilleur ou pour le pire. Breiz Atao quoiqu’il arrive.

Tags:, , , , , , ,

Catégories : France

Newsletter

Cliquez sur l'un des logos ci-dessous pour être tenu au courant des dernières actualités du site

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :